• Partenaires
  • Actus & presse
  • #Ÿnspire – Flora Thiébaut, co-fondatrice d’Auticonsult

    L’impact guide le quotidien de tous les Ÿnsecters : comment nourrir la planète tout en préservant les ressources et la biodiversité ? Des initiatives se multiplient et nous avons décidé de laisser la parole à celles et ceux qui contribuent à changer le monde, qui proposent des alternatives et qui créent durablement. Aujourd’hui, nous avons rencontré Flora Thiébaut, co-fondatrice d’Auticonsult, une entreprise de services liés au numérique qui a la particularité de n’embaucher que des consultants autistes. Auticonsult est une entreprise à impact sociétal fort qui veut faire évoluer les mentalités au regard de l’autisme et participer à leur employabilité. Nous avons pu échanger sur la création de ce projet, l’alliance de l’autisme avec les secteurs de l’IT et de la data, les échanges avec les entreprises, mais aussi des sujets liés à l’employabilité des personnes en situation de handicap, les défis à relever au quotidien ou encore l’importance de la diversité.

     

     

    Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est Auticonsult ?

    Auticonsult est une entreprise de services du numérique, relativement ordinaire en termes d’offres. Nos consultants mènent auprès de nos clients des projets numériques en développement, data, assurance qualité ou cybersécurité dans un temps imparti. En revanche, ce qui fait notre force, c’est que tous nos consultants sont autistes ! Nous avons mis en place un dispositif de coaching qui intervient auprès des entreprises, en amont de la mission, pour sensibiliser nos clients à l’autisme et leur présenter le consultant et ses particularités. Ce dernier co-anime la présentation avec son coach, qui n’est pas là pour lui tenir la main, il est plutôt médiateur des échanges. Nous sommes une entreprise à impact qui croit en un monde meilleur et plus juste !

     

     

    D’où est née cette idée d’allier les formes d’autisme avec les secteurs de l’IT, de la data ?

    Cette idée est née à l’issue de 4 années passées à évaluer les compétences cognitives des adultes autistes pour la recherche. Cette expérience démontre plusieurs choses : une discrimination toujours très grande dans le monde de l’emploi, et des forces cognitives exceptionnelles, avec des pics de compétences très marqués dans certains domaines. C’est sur ces deux constats que nous avons décidé de créer Auticonsult. Le monde du numérique est apparu comme une évidence : c’est un domaine en forte tension, notamment du fait d’une pénurie de talents. En 2019, 80 000 postes n’ont pas trouvé preneurs ! De plus, les compétences cognitives typiquement autistiques sont incroyablement valorisées dans ce domaine : les professionnels autistes sont très attachés aux détails, sont très précis, ont une grande capacité à détecter des erreurs et ont une pensée extrêmement logique et structurée. Mais surtout, à l’heure où l’innovation est très valorisée dans ce domaine, la force des professionnels autistes à penser hors des cadres est primordiale !

     

    Comment recrutez-vous les collaborateurs ? Avez-vous une stratégie d’approche ? De la même manière, comment approchez-vous les entreprises avec lesquelles vous travaillez ?

    A ce jour, tous les collaborateurs qui nous rejoignent le font d’eux-mêmes, grâce aux différents réseaux autour de l’autisme qui leur parlent de notre entreprise. Pendant la phase de recrutement, nous ne leur imposons pas d’entretien motivationnel parce que ces personnes ont souvent beaucoup de mal à se vendre, à communiquer. Nous préférons leur faire passer des tests de compétences, non-verbaux, proposer une évaluation technique. Ensuite, pendant 3 jours, les candidats sont mis en situation avec nos coachs. En fait, on vérifie qu’on sera en mesure de les mettre dans les meilleures conditions possibles. De la même manière, les entreprises qui nous approchent sont conscientes de l’autisme des consultants. Nous mettons un point d’honneur à être transparent pour justement éviter toutes situations qui puissent gêner nos consultants. L’autisme peut parfois chambouler : l’absence de filtres dans la communication, la gestion des affects (les siens propres, mais aussi ceux d’autrui), peuvent être surprenants en entreprise ; il est donc indispensable, pour protéger et proposer un service qui se passe dans les meilleures conditions, d’être honnête et transparent !

     

     

    L’autisme peut-il parfois se révéler une barrière d’un côté ou de l’autre d’un partenariat ? Auriez-vous un exemple de belle revanche sur la vie pour l’un des collaborateurs ?

    J’ai effectivement une expérience qui me vient en tête pour montrer la barrière que peut se révéler l’autisme. Nous avions rencontré un très beau profil, avec des compétences exceptionnelles. Mais pendant la dernière étape du recrutement, il s’est révélé quasiment mutique. Malgré ce signal, nous avons pensé qu’il serait possible de le faire travailler auprès d’EDF, notre client historique, parce qu’ils ont l’habitude de faire appel à nos consultants. Malheureusement, cela n’a pas fonctionné et nous avons dû interrompre la mission. Mais cet exemple a eu lieu au tout début d’Auticonsult, aujourd’hui cela n’arriverait plus. Par exemple, nous sommes parvenus depuis à mettre en place chez un de nos clients, un environnement professionnel compatible pour une consultante qui communique quasi-exclusivement à l’écrit. J’ai quelques beaux exemples de certains de nos consultants qui ont pris leur revanche grâce à Auticonsult. Une consultante avait, par le passé, fait un doctorat mais n’avait pas pu soutenir sa thèse. En tant que consultante Auticonsult, avec nous, elle a travaillé deux ans sur des projets de recherche au CNES, elle a été brillante et est aujourd’hui co-auteur des publications scientifiques auxquelles son travail a participé ! C’est un exemple parmi beaucoup d’autres, mais révélateur de tout ce dont les professionnels autistes sont capables !

     

    Quelles sont les valeurs indispensables pour participer à cette aventure ? Et quel message souhaiteriez-vous faire passer avec Auticonsult au grand public ?

    Si je pouvais faire passer un message au grand public et aux entreprises, je leur dirais qu’il n’y a pas de limites à ce qu’une population peut avoir comme compétences. Il faut délaisser les clichés ! Arrêtons d’imaginer qu’il y ait des barrières infranchissables ! Avec Auticonsult, j’aimerais vraiment pouvoir montrer l’importance de la diversité. D’ailleurs, sa valorisation fait partie de ce qui est indispensable pour nous : la curiosité, l’ouverture d’esprit et cette richesse des diversités sont essentielles. Nous voulons que ceux qui nous rejoignent en soient convaincus !

     

    Aujourd’hui, les différents handicaps continuent de se révéler discriminatoires pour l’embauche, avez-vous envisagé d’étendre votre projet à d’autres formes d’handicaps ?

    Grâce à notre expérience en France et à l’international, nous savons qu’aujourd’hui, 80% des méthodes que nous avons mises en place en interne à destination des personnes autistes pourraient également bénéficier aux personnes diagnostiquées « DYS », c’est-à-dire les différences cognitives qui peuvent avoir des répercussions sur l’apprentissage, et « TDAH », c’est-à-dire les personnes ayant un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Aujourd’hui, nous développons un nouveau programme qui vise à former nos clients à la diversité cognitive afin qu’ils deviennent eux-mêmes plus inclusifs envers les profils autistes, mais aussi Dys et TDAH. Mais cela nécessite également un travail d’amélioration des process en entreprise afin d’évaluer, d’accueillir et de manager ces personnes le mieux possible.

     

    Aujourd’hui, plus de 200 collaborateurs avec des formes d’autisme opèrent dans vos différents sites/pays, quels sont vos projets pour le futur ?

    En parallèle du développement de notre nouveau programme de formation à l’inclusion de la neurodiversité, nous prévoyons en France la création d’un centre de services qui nous permettrait de recruter des profils montrant des compétences techniques, mais moins adaptables au monde de l’entreprise ordinaire en termes de compétences sociales et communicationnelles. Ainsi, ces profils seraient, dans un premier temps, employés dans notre centre de services internes, et bénéficieraient d’un coaching rapproché. Ils développeraient leurs compétences techniques et sociales, gagneraient en confiance en eux, et pourraient par la suite également intégrer les équipes de nos clients en tant que consultants. Basés pour le moment à Paris, Lille et Toulouse, nous prévoyons l’ouverture de nouveaux bureaux à Lyon, puis d’autres grandes villes de France pour toucher un maximum d’entreprises et de chercheurs d’emploi autistes !