• Partenaires
  • Actus & presse
  • Ÿnsect est prêt à développer la production et commercialisation du scarabée Buffalo pour la consommation humaine en Europe suite à l’évaluation positive de l’EFSA

    La consommation humaine d'insectes - en tant que solution durable et riche en nutriments – accelere aujourd’hui, avec l’évaluation positive de l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) pour la consommation humaine du scarabée Buffalo (Alphitobius diaperinus). Celui-ci devient ainsi la quatrième espèce d’insecte à recevoir ce feu vert de l’autorité européenne.

     

    • Le feu vert provisoire attribué par l’EFSA pour la consommation humaine du scarabée Buffalo marque une nouvelle étape pour l’industrie des insectes.
    • Avec une production déjà en cours aux Pays-Bas, Ÿnsect est maintenant prêt à accélérer la commercialisation de ses produits sur le marché européen.
    • Ÿnsect vise à utiliser les protéines d’insectes comme une solution pour répondre aux principaux défis de notre époque : nourrir la population mondiale tout en préservant environnement et biodiversité et en luttant contre le réchauffement climatique.

     

    Paris, le 4 juillet 2022 : La consommation humaine d’insectes – en tant que solution durable et riche en nutriments – accelere aujourd’hui, avec l’évaluation positive de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) pour la consommation humaine du scarabée Buffalo (Alphitobius diaperinus). Celui-ci devient ainsi la quatrième espèce d’insecte à recevoir ce feu vert de l’autorité européenne.

     

    L’évaluation de l’EFSA doit maintenant être confirmée par la Commission européenne, qui donnera l’autorisation finale de mise sur le marché dans l’Union européenne, pour que le produit puisse être mis en vente à plus grande échelle sur tout le continent.

     

    L’évaluation de l’EFSA doit maintenant être confirmée par la Direction générale de la santé de la Commission européenne, qui donnera l’autorisation finale de mise sur le marché dans l’Union européenne, pour que le produit puisse être mis en vente à plus grande échelle sur tout le continent.

     

    Cette décision est une excellente nouvelle pour le leader mondial de l’élevage d’insectes, Ÿnsect, dont l’équipe composée de près de 300 salariés, a déposé près de 350 brevets pour protéger une nouvelle technologie unique qui révolutionne l’élevage des scarabées. Cette technologie permet de les transformer en ingrédients durables pour toute la chaîne alimentaire : pour les plantes, les animaux d’élevage, les poissons, les animaux domestiques, et les êtres humains.

     

    Ÿnsect Netherlands (anciennement Protifarm) avait soumis sa demande à l’EFSA en vue d’étendre ses activités en Europe, conformément aux objectifs de durabilité de l’UE, et dispose de l’infrastructure nécessaire pour étendre la production et la distribution dès que le feu vert de la Commission européenne sera donné.

     

    Si l’autorisation des insectes pour la consommation humaine est un concept relativement nouveau, il prend déjà son essor sur les marchés en développement. Le second insecte d’ Ÿnsect, le scarabée Molitor, a été le premier à être autorisé par l’EFSA en janvier 2021, quelques mois avant que la protéine d’insecte ne soit ensuite approuvée pour l’alimentation des porcs et des volailles.

     

    La branche d’activités Ÿnsect Human Nutrition & Health commercialise déjà des ingrédients utilisant le scarabée Buffalo (sous la marque AdalbaPro) que l’on retrouve dans toute une variété de produits à travers l’Europe, comme les produits Zirp dans plus de 800 magasins Bila en Autriche, les barres de céréales et les shakes Isaac, des hamburgers gourmets à base de scarabées que l’on retrouve dans plusieurs restaurants danois, ou des barres et granolas Jiminis en France. L’entreprise est aujourd’hui prête à accélérer sa production pour répondre à la demande croissante des marchés européens.

     

    Dans un sondage réalisé par OnePoll en avril 2022, un Français sur deux (53%) s’est déclaré prêt à consommer des aliments à base de protéines d’insecte lorsqu’on leur explique préalablement les bénéfices pour la santé et l’environnement. Une personne interrogée sur deux pense même que les autorités devraient inclure les aliments à base d’insectes dans leurs recommandations de santé et de régime alimentaire.

     

    Une source de protéines de qualité

     

    Des recherches menées par l’université de Maastricht ont récemment prouvé, pour la première fois, que les protéines de scarabées sont aussi bénéfiques que les protéines de lait ; toutes deux ont les mêmes performances en matière de digestion, de nutrition, d’absorption et de capacité à stimuler la production musculaire. Ces résultats, publiés en mai 2021 dans la prestigieuse publication scientifique internationale « the American Journal of Clinical Nutrition » , confirme que les protéines dérivées du scarabée sont un ingrédient de première qualité et à grande valeur ajoutée. Combiné aux arguments de durabilité, cela fait des insectes une source de protéines bonne pour la santé des femmes et hommes, mais aussi de la planète.

     

    D’autre part, les protéines de lait (80 % de caséine et 20 % de lactoferrine) sont souvent considérées comme la référence. Cette recherche menée par l’université de Maastricht montre que le ver de farine répond aux mêmes standards de haute qualité, qu’il contient également les neuf acides aminés essentiels, qu’il est digéré efficacement par le corps humain et qu’il contribue à réduire considérablement le cholestérol (prouvé par des études menées sur des souris). L’intention d’achat des consommateurs sportifs soucieux de leur santé en Europe occidentale est actuellement de 60%. Ceci s’explique par le fait que les protéines d’insectes sont une alternative plus naturelle et moins transformée que l’offre actuelle sur le marché.

     

    « L’évaluation de l’EFSA selon laquelle les scarabées Buffalo sont sûrs pour la consommation humaine est une étape importante pour le développement d’Ÿnsect « , a commenté Antoine Hubert, PDG et cofondateur de Ÿnsect. Antoine a ajouté : « La protéine de ver de farine offre le meilleur des deux mondes, aussi bénéfique sur le plan nutritionnel que la protéine animale, mais avec un impact environnemental beaucoup plus faible, et [potentiellement] disponible en beaucoup plus grande quantité. La communauté scientifique étaye de plus en plus cette idée, avec un rapport de 2022 de l’Université d’Helsinki suggérant qu’un régime alimentaire incorporant de grandes quantités de protéines d’insectes offre la solution optimale pour réduire l’impact environnemental de plus de 80% tout en offrant des avantages nutritionnels élevés au consommateur. »

     

    Une solution durable

     

    La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que la consommation de protéines animales augmentera de 52 % entre 2007 et 2030. Le World Resources Institute prévoit un écart de 60 % entre l’offre et la demande de protéines d’ici 2050. La course aux protéines alternatives et durables est lancée.

     

    En plus d’offrir une alternative hautement nutritive aux protéines végétales, la production de protéines d’insectes est également extrêmement durable.

     

    « La protéine de scarabée est la seule au monde disponible sur le marché capable de combiner non seulement performance et santé mais aussi origine naturelle et durabilité. L’élevage de scarabées Ÿnsect émet 98% de gaz à effet de serre de moins que l’élevage bovin et 80% de moins que la volaille. La consommation d’eau est également fortement réduite. L’élevage de scarabées nécessite 90% moins d’eau que la volaille et même 96% moins d’eau que le bœuf. « , a partagé Shankar Krishnamoorthy, directeur du développement Ÿnsect.

     

    « De plus, il ne faut qu’un ou deux kilos d’aliments pour produire 1kg de protéines d’insectes, contre neuf kilos pour le bœuf. La protéine d’insecte n’est pas seulement plus durable, elle ouvrira un nouveau mode de développement des produits alimentaires qui est efficace, nutritif, capable d’avoir un impact positif sur la chaîne alimentaire en de multiples points », a-t-il ajouté.

     

    Ÿnsect s’inscrit dans la lignée des principales priorités de la Commission européenne, notamment le Green Deal, le plan d’action pour l’économie circulaire, le plan protéines visant à accroître la souveraineté européenne et la « stratégie de l’UE de la ferme à la fourchette » (mai 2020), qui fait de la production d’insectes un secteur stratégique en vue de réaliser la transition vers une économie européenne climatiquement neutre et la création de nouveaux emplois dans la production primaire.

     

    Suite au feu vert de l’EFSA, l’objectif d’Ÿnsect est de continuer à ouvrir la voie dans la production de protéines d’insectes et de contribuer à la croissance de l’industrie pour relever les défis cruciaux de demain. En tant que leader mondial de la production d’insecte, la société cherche à accélérer le développement de solutions durables sur le long terme pour la consommation de protéines dans le monde entier.

     

    À propos de Ÿnsect

     

    Ÿnsect est le leader mondial de la production de protéines et d’engrais naturels d’insectes. Fondée en 2011 à Paris, en France, par des scientifiques et des militants écologistes, l’entreprise Next40 et certifiée B Corp, transforme les insectes en ingrédients haut de gamme et de grande valeur pour les animaux de compagnie, les poissons, les plantes et les êtres humains. Depuis ses fermes ultramodernes construites à cet effet, Ÿnsect offre une solution biologique et durable à long terme pour accélérer la consommation de protéines et de plantes. Ÿnsect utilise une technologie propriétaire pionnière protégée par plus de 350 brevets pour produire des scarabées Molitor et Buffalo dans des fermes verticales positives pour le climat et la biodiversité. Ÿnsect exploite trois sites de production, un à Dole, en France (depuis 2016), un aux Pays-Bas (depuis 2017), un aux Etats-Unis et construit actuellement un nouveau site, la plus grande ferme verticale du monde à Amiens, en France. La société, qui emploie près de 300 personnes, a levé environ 450 millions de dollars auprès de grands fonds d’investissement mondiaux, de banques et d’institutions publiques et exporte ses produits dans le monde entier.

    Page d’accueil

     

    CONTACTS PRESSE :

     

    Ÿnsect – Anaïs Maury : anais.maury@ynsect.com / +33 (0)6 78 44 59 80
    Sopexa – ynsectpresse@sopexa.com
    Laurent Manologlou – 06 68 96 66 22 ou Sylvain Camus – 06 12 16 38 60