• Partenaires
  • Actus & presse
  • Ÿnsect est certifié B Corp et annonce de nouveaux engagements forts pour ses collaborateurs

    Paris, le 9 mars 2021 - Ÿnsect, entreprise innovante française, leader mondial de la production d’insectes rejoint le cercle très sélectif des entreprises certifiées B Corp par B Lab. C’est la première entreprise de son secteur au niveau mondial à obtenir cette certification.

     

    Chargeur En cours de chargement…
    Logo EAD Cela prend trop de temps ?

    Recharger Recharger le document
    | Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

     

    Ÿnsect est certifié B Corp et annonce de nouveaux engagements forts pour ses collaborateurs dont une augmentation de 35% du salaire minimum et la mise en place d’un actionnariat salarié

     

    Paris, le 9 mars 2021 – Ÿnsect, entreprise innovante française, leader mondial de la production d’insectes rejoint le cercle très sélectif des entreprises certifiées B Corp par B Lab. C’est la première entreprise de son secteur au niveau mondial à obtenir cette certification. Une reconnaissance pour l’entreprise qui a fait de la durabilité le pilier de son modèle et qui annonce, après avoir construit la première ferme verticale dont l’activité est carbone négative, de nouvelles mesures sociales et environnementales.

     

    • La certification B Corp récompense la nature même de l’activité d’Ÿnsect – la production d’ingrédients innovants, durables, sains et respectueux des écosystèmes – qui apporte une réponse concrète face aux enjeux croissants de réchauffement climatique, raréfaction des ressources et d’accroissement de la population mondiale.

     

    • La certification B Corp valorise la démarche responsable et engagée d’Ÿnsect :
      • Pour ses collaborateurs via l’instauration de mesures fortes notamment celles de l’actionnariat salarié, la création d’une école des métiers, la revalorisation du salaire minimum de 35% ou encore l’allongement du congé paternité à 10 semaines (bien au-delà des 28 jours annoncés par le gouvernement pour l’été 2021)
      • Pour réduire encore plus son impact environnemental via la création d’une Direction transversale « Impact » visant à quantifier et analyser tous les impacts de l’entreprise sur ses environnements afin d’atténuer les négatifs voire les rendre contributeur net d’un impact positif. Une stratégie innovante pour faire d’Ÿnsect l’une des premières entreprises au monde aux fermes verticales « carbones négatives* », dans le sens où son activité évite et séquestre plus de CO2 qu’elle n’en émet.

     

    La certification B Corp valide le concept Ÿnsect qui repose sur une double vision sociale et environnementale depuis sa création  

     

    Désormais certifiée B Corp, Ÿnsect rejoint les 3600 entreprises au monde qui utilisent leur force de frappe pour construire une économie plus juste, inclusive et durable réconciliant ainsi le but lucratif et la raison d’être, au service de l’intérêt général.

     

    « Cette certification valide notre modèle et nos engagements. Elle exprime notre volonté de créer de la valeur durablement et de la partager avec toute notre écosphère. Ÿnsect, c’est avant tout un projet de société dont la raison d’être est le respect et la protection de l’environnement. On démontre que l’on peut aujourd’hui partir de zéro pour créer une industrie nouvelle répondant aux enjeux majeurs de notre temps tout en préservant les ressources et en ayant une politique sociale innovante », explique Antoine Hubert, Cofondateur et CEO d’Ÿnsect.

     

    Plus qu’un nouveau modèle, c’est une nouvelle vision de l’entreprise que propose Ÿnsect mettant au cœur de ses priorités la construction de relations justes et équitables avec ses collaborateurs et l’ensemble de ses parties prenantes.

     

    « Nous sommes très heureux et fiers d’accueillir Ÿnsect dans la grande famille B Corp. Ÿnsect est une entreprise innovante et visionnaire qui ouvre la voie à une industrie nouvelle et durable dans laquelle le business, l’environnement et le social sont placés au même niveau. Chez B Corp nous sommes convaincus que l’impact d’une entreprise doit être placé au cœur de son modèle d’affaires. C’est pour cette raison que les entreprises B Corp sont reconnues dans le monde entier comme des pionnières et pour leur exigence, jusque dans leurs statuts. Nous sommes convaincus que Ÿnsect ouvrira la voie à beaucoup d’autres entreprises du secteur, ajoute Augustin Boulot Executive director, B Lab France.

     

     

    Une démarche sociale pour la gouvernance et les collaborateurs : intégrer les salariés dans l’actionnariat de l’entreprise, revaloriser le salaire minimum et allonger le congé paternité

     

    « La technologie ne suffit plus à faire une entreprise innovante ; pour l’être, elle doit l’être aussi socialement et environnementalement. Nous avons toujours eu cette volonté de transformer le rapport du salarié à l’entreprise. Nous pensons en effet qu’il y a urgence à l’adapter à la société : en mettant en place par exemple des mesures efficaces pour l’égalité au travail, en le valorisant, en créant avec le collaborateur un lien qui ne soit pas axé uniquement sur le salaire, contrepartie du travail. C’est en se basant sur ces constats, aux côtés du CSE, que nous mettons en place, au sein d’Ÿnsect une politique sociale originale », ajoute Antoine Hubert, Cofondateur et CEO d’Ÿnsect

     

    • Ÿnsect augmente de 35% le salaire minimum français de ses salariés pour valoriser la contribution de chacun à la réussite de l’entreprise

    Parce que chacun est nécessaire à la réussite collective, Ÿnsect s’ancre dans un projet de création de valeur et s’engage, à partir d’avril 2021, « à revaloriser les plus bas salaires au sein de l’entreprise. Ainsi une augmentation du salaire brut minimum annuel de base (hors primes) de 35% soit un peu plus de 25 000€.

     

    • Ÿnsect lance Ÿnvest : l’actionnariat salarié pour que tous les salariés participent aux fruits de la croissance de l’entreprise

    Ÿnsect conclut sa première campagne en faveur de l’actionnariat salarial.

    L’objectif est clair : permettre à tous les salariés d’Ÿnsect de pouvoir bénéficier des fruits de la croissance de l’entreprise et participer à sa gouvernance. Cette action passe par la création d’une société qui rassemble tous les salariés souhaitant investir dans Ÿnsect : c’est cette société détenue par les salariés qui est actionnaire d’Ÿnsect. Au-delà de l’actionnariat, les salariés sont également représentés dans la gouvernance de la société par le CSE lors des Assemblées Générales. Afin d’accéder à cette forme d’actionnariat salarié, le collaborateur d’Ÿnsect doit être titulaire d’un contrat à durée indéterminée et être présents au sein de l’entreprise depuis plus de 6 mois.

     

    « Ÿnsect s’est créée et se développe aujourd’hui grâce au travail, aux talents et à l’expertise de chacun. Il nous paraissait essentiel de faire évoluer l’entreprise et permettre à tous ceux qui le souhaitent de participer autrement en devenant actionnaire de leur outil de travail. Aujourd’hui, 86% des collaborateurs éligibles ont décidé de participer et d’investir dans Ÿnsect par le biais d’Ÿnvest. Plus qu’un investissement, c’est la preuve de leur adhésion et de leur confiance dans le projet. » complète Antoine Hubert, Cofondateur et CEO d’Ÿnsect

     

     

    • Ÿnsect allonge la durée du congé paternité pour aller plus loin dans la garantie de l’égalité femmes-hommes

    L’égalité femmes-hommes est une mission au cœur de l’ADN des dirigeants d’Ÿnsect. Depuis 2017, l’entreprise a instauré un congé maternité/paternité de 10 semaines (70 jours), 100% rémunéré, précurseur avec déjà 4 ans d’avance de l’allongement du congé paternité à 28 jours annoncé par le gouvernement pour l’été 2021.

     

    Par ailleurs, Ÿnsect vient de publier son index égalité Femme – Homme, qui est passé de 84 en 2019 à 92 en 2020 (la moyenne nationale étant de 83 pour les entreprises de moins de 250 salariés). Il met en évidence notamment une égalité quasi parfaite des salaires à emploi identique (<1,3% d’écart en faveur des femmes).

     

    • Ÿnsect créé une école des métiers pour assurer la montée en compétences de ses salariés

    Nouvelle industrie exige, Ÿnsect réalise qu’à ce jour aucune formation à l’ensemble de ses métiers n’existe. Forte de ce constat et dans le cadre de l’ouverture prochaine de la ferme verticale d’Ÿnsect à Amiens Métropole, Ÿnsect créé en 2021 la première école aux métiers de l’insecte et de son industrie du monde.

    Ce parcours de formation unique à plus de 30 métiers bénéficiera dans un premier temps aux 100 nouveaux salariés de la ferme verticale d’Amiens puis à tous les salariés.

     

    Une démarche environnementale engagée : Ÿnsect est l’une des premières entreprises en France dont l’activité est carbone négative*

     

    « Plus avec moins » guide les actions et engagements d’Ÿnsect au quotidien. Dès 2019, l’entreprise a créé une direction transversale nommée « Impact ». Dirigée par Jean-Gabriel Levon, un des quatre co-fondateurs, cette direction a pour objectif de qualifier, mesurer, calculer les conséquences des activités de l’entreprise sur le monde qui l’entoure, et d’encourager ses équipes à encore mieux faire. A titre d’exemple, la mise en place, au-delà d’une comptabilité classique, d’une comptabilité carbone. Elle permet de prendre en compte l’impact d’Ÿnsect sur le changement climatique au quotidien afin de guider ses prises de décisions.

     

    C’est aussi dans ce cadre qu’Ÿnsect a développé son modèle agricole de fermes verticales qui permet de produire plus de protéines tout en utilisant moins d’espace et moins de ressources. Selon une étude du cabinet Quantis, contre expertisée par le cabinet ECO2 et ayant fait l’objet d’une publication scientifique, l’activité d’Ÿnsect est ainsi l’une des premières en France à être carbone négative*.

     

    L’étude Quantis montre que les produits d’Ÿnsect réduisent les émissions du marché dans son ensemble, compensant les impacts liés à la production d’Ÿnsect : « Les produits d’Ÿnsect neutralisent ses émissions en évitant les impacts environnementaux associés à la production traditionnelle de farine de poisson ou d’engrais minéraux. Utiliser ŸnFrass à la place d’engrais minéraux permet également le stockage du carbone, conduisant à des sols cultivés plus sains », explique Isabelle de Morand, Senior Sustainability Consultant pour Ÿnsect chez Quantis.

     

     

    A propos d’Ÿnsect

    Ÿnsect est le leader mondial de la production naturelle de protéines d’insectes et d’engrais. Fondée en 2011 à Paris par des scientifiques et des militants environnementalistes, la société du Next40 transforme les insectes en ingrédients premium à haute valeur ajoutée pour nourrir les animaux, les poissons, les plantes et demain les êtres humains. Ÿnsect propose une solution écologique, saine et durable pour répondre à la demande mondiale croissante de consommation de protéines et de plantes. Ÿnsect exploite des technologies de rupture protégées par 260 brevets issus de 30 familles, lui permettant d’élever des scarabées Molitor dans des fermes verticales à empreinte carbone négative*. La première unité de production à Dole (Jura) est en fonctionnement depuis 2016. Ÿnsect construit actuellement une seconde unité, la plus grande ferme verticale du monde, à Amiens (Somme). La société qui emploie 150 salariés a levé environ 425 millions USD auprès de fonds d’investissements, de banques et d’institutions publiques reconnus, et exporte ses produits dans le monde entier. www.ynsect.com

     

     

    À propos de B Lab®

    B Lab est une organisation à but non lucratif crée en 2006 qui porte un mouvement international d’entreprise utilisant le business comme force pour avoir un impact positif. Ses activités incluent la certification B Corp, l’administration des programmes de gestion d’impact « B Impact Management » et la promotion de structures de gouvernance de type « Benefit Corporation » (entreprise d’intérêt pour la société). La vision de B Lab est celle d’une économie inclusive et durable créatrice de valeur pour tous.

     

    A propos de l’étude Quantis

    Le périmètre cette étude inédite (une analyse de cycle de vie « conséquentielle ») porte sur les conséquences de la mise sur le marché de la production d’une usine Ÿnsect, en prenant en compte les 3 co-produits (ŸnMeal, ŸnFrass, ŸnOil). Les impacts environnementaux considérés sont ceux de la production (consommations de matières premières, d’énergie, déchets de production, transports amont), mais également ceux des effets de l’introduction de ces produits sur le marché (par exemple, hausse de la demande en nourriture pour les insectes, en énergie, etc.). Les effets d’introduction des produits sur le marché sont évalués notamment grâce aux demandes engendrées par ces produits sur les différents marchés. La méthodologie de calcul d’impacts est Impact 2002+ qui permet à la fois de considérer une note globale (en points environnementaux) et des enjeux environnementaux particuliers (comme l’indicateur de changements climatiques, en kgCO2eq, ou la consommation en eau, en m3, ou encore, la santé humaine, en années de vie en bonne santé perdues). Elle a fait l’objet d’une publication scientifique.

     

     

     

    Contact presse Ÿnsect

    Anaïs Maury : anais.maury@ynsect.com | +33 (0)6 78 44 59 80

    Laurène Hug : lhug@sopexa.com | +33 (0)6 20 60 27 14

     

    *Une activité qui évite et séquestre plus de CO2 qu’elle n’en émet