• Partenaires
  • Actus & presse
  • FAQ

    Le Ténébrion Molitor

    > Quelle espèce d’insectes élevez-vous ?

    Nous élevons des Ténébrions meuniers, aussi connus sous le nom de « vers de farine », « Ténébrions molitor » ou encore « Molitor ». On découvre parfois les larves de Molitor dans des sachets de farine, ce qui leur vaut ce surnom de « vers de farine ».

    > De quelle région cette espèce est-elle endémique ?

    Découverte dans le pourtour méditerranéen en 1758, le Molitor est une espèce cosmopolite, c’est-à-dire présente partout dans le monde.

    > Pourquoi élever des insectes ?

    Les insectes apportent une réponse innovante, naturelle et durable à l’un des principaux challenges de l’humanité : nourrir les animaux nourrissant eux-mêmes une population croissante qui atteindra plus de 9 milliards d’individus en 2050. Les insectes sont une solution naturelle pour nourrir de très nombreux animaux domestiques et d’élevage, notamment les poissons et les volailles. Les insectes peuvent être élevés presque partout avec un impact environnemental limité et une productivité du sol bien supérieure à celle des autres sources alternatives de protéines.

    > Y a-t-il un risque d’invasion d’insectes depuis une Fermilière®?

    Il n’y a aucun risque d’invasion d’insectes s’échappant d’une Fermilière® d’Ÿnsect pour aller dans la nature. La majorité de nos Molitor ne dépassent pas le stade larvaire (donc n’ont pas de pattes ni d’ailes), ils sont donc très peu mobile. En outre, notre Fermilière® comprend de très nombreuses mesures de confinement empêchant toute fuite de Molitor vers l’extérieur.

     

    La Fermilière®, notre ferme verticale d’insectes

    > Qu’est-ce que la Fermilière®, notre ferme verticale d’insectes ?

    C’est l’endroit où nous élevons nos insectes, les Molitor, et où nous préparons les produits à base de Molitor. Notre première Fermilière® est située près de Dole, en Bourgogne-Franche-Comté, où les Molitor grandissent dans des chambres empilées verticalement, à l’image d’une fourmilière, avec un flux d’air contenu pour aérer les différentes chambres. La Fermilière® est équipée d’automatismes et de capteurs. Cela permet d’assurer des conditions d’élevage optimales pour nos Molitor, et de répondre aux meilleures exigences de qualité et de sécurité alimentaire, tout en réduisant très fortement la pénibilité du travail pour les salariés.

    > Comment les insectes sont-ils élevés et comment s’assure-t-on de leur bien-être ?

    Au stade larvaire, l’espèce que nous élevons, le Molitor, est grégaire : il aime vivre en groupe, ce qui lui permet de se tenir chaud et de se sentir protégé, pour éviter qu’il soit en situation de stress. Nous avons des capteurs automatiques dans notre Fermilière® pour contrôler régulièrement l’humidité et la température. Idéalement, le Molitor aime vivre dans une atmosphère comportant 60% de taux d’humidité et une température de 25 à 27°. Enfin, nous assurons un nourrissage régulier et suffisant à la bonne croissance des Molitor. Ils apprécient particulièrement le son de blé.

    > Utilisez-vous des produits chimiques dans l’élevage ? Vos insectes sont-ils          « bio » ?

    Il n’y a aucun intrant chimique ni au sein de notre élevage, ni dans la fabrication des produits à base d’insecte. Nos Molitor sont notamment nourris avec du son de blé, un co-produit céréalier, et leur transformation en produits finis (protéines, huile principalement) est entièrement mécanique, ne nécessitant pas d’utilisation d’intrants chimiques. Comme le marché des insectes dans la nutrition animale est encore récent, il n’existe actuellement pas de labellisation « bio » pour ce type de produits, nous ne disposons donc pas de critères pour définir si nos insectes sont « bio » ou non. Cependant, notre produit TMFTM (frass) est compatible avec le label AB.

    > Comment transformons nous les insectes pour en faire des produits Ÿnsect ?

    Nous sommes particulièrement attentifs au respect du bien-être de nos insectes, et particulièrement au moment de leur abattage qui est fait par étuvage. Une fois que les larves ont atteint leur maturité, elles sont étuvées grâce à de la vapeur d’eau, ce qui provoque une mort très rapide et sans stress.

    > La durée de vie de l’insecte est-elle différente dans l’élevage et dans la nature ?

    Le Molitor est un insecte qui adapte son développement aux conditions extérieures. En milieu non chauffé comme dans la nature, le stade larvaire peut durer jusqu’à un an pour lui permettre de survivre à l’hiver. Dans des conditions de températures favorables comme au sein de notre élevage, le développement de l’insecte au stade larvaire dure entre 8 et 10 semaines.

     

    La sécurité sanitaire de nos aliments

    > Est-ce dangereux pour ma santé de manger un poisson qui a été nourrit avec des Molitor ?

    Non. Consommer un poisson nourrit avec les produits d’Ynsect ne présente aucun danger pour le consommateur. Pour rappel, à l’état sauvage, les insectes sont la principale source de protéines de nombreux poissons. Par exemple, pour les truites sauvages, des études montrent que la part d’insectes qu’elles consomment est d’environ 40%[1]. De nombreuses études ont également souligné que les poissons nourris aux insectes ne présentaient aucune différence de composition corporelle avec un poisson nourri sans insecte.

    [1] ICES Journal of Marine Science. Diet and size selective feeding by escaped hatchery rainbow trout, 2006

    > La traçabilité de nos Molitor et de leur nourriture est-elle assurée ?

    Nos Molitor naissent et se développent au sein de notre Fermilière®. Nous assurons la traçabilité de chaque lot de Molitor. D’autre part, nous travaillons avec des fournisseurs sélectionnés pour la qualité de leurs produits et nous traçons ces produits.

    > Un poisson nourrit avec ŸnMeal TM et/ou ŸnOil TM change-t-il de goût, couleur, odeur ?

    Nous avons mené des études approfondies pour étudier l’impact de nos produits sur les animaux qui les consomment. Grâce à ces résultats, nous assurons que les poissons nourris avec nos produits Ÿnsect conservent leurs propriétés organoleptiques, c’est-à-dire leur aspect, leur goût, leur texture, etc.

    > Est-ce que les insectes sont sains pour mon animal de compagnie ?

    Oui. Les insectes représentent jusqu’à 3 à 5% du régime alimentaire naturel des chiens et des chats[1].  Nourrir son animal domestique avec des croquettes à base d‘ingrédients Ÿnsect comme le ŸnMeal ou le ŸnOil fait partie d’un régime alimentaire équilibré et sain.

    [1] Acta Theriologica 41 (4): 409-414. Feeding ecology of the European wildcat Felis Silvestris in Portugal. 1996

    > La proximité d’une Fermilière® présente-t-elle un risque particulier pour ma santé ?

    Non. La proximité d’une Fermilière® ne présente pas de risque particulier pour la santé des riverains. Ÿnsect  respecte toutes les réglementations gouvernementales et assure les standards les plus hauts possible de confinement des insectes. Le Molitor ne vole pas et est très peu mobile au stade larvaire, il n’y a donc pas de risque d’invasion. Ÿnsect n’utilise aucun produit chimique dans l’élevage et la transformation, n’a aucun déchet entrant. Nous utilisons toutes les parties de l’insecte pour nos produits Ÿnsect, rien n’est donc jeté ou stocké dehors.

     

    Les enjeux environnementaux

    > A élever des insectes en aussi grande quantité, est-ce qu’on ne va pas modifier l’écosystème naturel de la région ?

    Nos insectes ne sont pas en contact avec le milieu naturel. La sécurité de notre Fermilière® est contrôlée en continu pour éviter tout risque de propagation. 95% de nos insectes ne dépassent pas le stade larvaire, donc ils ne volent pas et sont très peu mobiles, ils ne font que se tortiller ! Notre choix d’insecte premium, le Molitor, fait partie de l’écosystème naturel de nos régions, donc il n’y a pas de risques pour les populations d’insectes endémiques.

    > Est-ce qu’on modifie l’alimentation naturelle du poisson quand on lui donne à manger des insectes ?

    Les insectes font partie de l’alimentation naturelle de nombreux poissons, représentant une part allant jusqu’à 40% du régime alimentaire de certaines truites sauvages. Lorsqu’un poisson se nourrit avec un produit Ÿnsect nous ne modifions donc pas son régime alimentaire, nous redonnons aux insectes la place qui devrait être la leur dans la chaine alimentaire.

    > La nourriture qu’on donne aux insectes ne pourrait-elle pas être utilisée pour les hommes ? Cela ne génère-t-il pas plus de pression sur les ressources alimentaires ?

    Le Molitor se nourrit de co-produits de grandes cultures comme le son de blé. Cette partie de l’épi, très peu consommée par l’homme, représente un met de choix pour ces insectes. D’autres coproduits riches en fibres peuvent être valorisés.

    > La nourriture qu’on donne aux insectes ne pourrait-elle pas être utilisée pour les hommes ?

    Le Molitor se nourrit de co-produits de grandes cultures comme le son de blé. Cette partie de l’épi, très peu consommée par l’homme, représente un met de choix pour ces insectes.